Hommage à Jean-Pierre MARTIN

Les mots sont tout, et c’est la merveilleuse écriture de Claude LAVESQUE que je laisse à votre sagacité. En ces quelques phrases, Claude a su exprimer ce que nous ressentons tous, c’est le vide que va nous laisser Jean-Pierre. Par contre ce qui nous rassure c’est qu’il va retrouver Magali pour de nouvelles navigations sur des mers que nous ne connaissons pas.

“”””””””””A peine rentré sur Palavas tu as largué les amarres. Tu es parti dans la grande salée, sans même jeter un œil à la météo, en te disant que de toute façon là où tu allais la mer serait belle, avec juste assez de vent pour gonfler ta voile et te mener à bon port.
Puis-je te faire, cependant, une toute petite suggestion, ne serre pas de trop près la bouée verte, de sortie du port, car depuis notre périple sur PORNIC nous savons quelles ont tendance à te couper la route, aussi mon ami mefies !
Saint Pierre t’attendait depuis quelques jours au large de ton lido de PALAVAS et les fleurs que nous avons jeté à l’eau ce jour-là, en souvenir des gens de mer de mer, flottent encore sur la crête des vagues et t’indique le cap à suivre.
Palavas nous semble désert, et les amarres lovées sur le quai attestent de ton départ.
Ton doux caractère (évidemment cela est un sacré euphémisme) tes jugements entiers et sans concessions ne nous éclaireront plus, il nous faudra nous rapprocher un petit peu plus de ton fils pour l’entourer de notre amitié, sans toutefois l’étouffer car nous savons qu’avec le caractère que tu lui as légué il est capable de nous envoyer paître, de la même façon que tu le fis souvent et cela par pure amitié.
Bon Vent Commodore.
Cap vers l’horizon timonier.
                                               A DIEU vat Jean Pierre Mon ami.

“””””””””